top of page

Les 12 habiletés mentales du sportif de haut-niveau

Dernière mise à jour : 6 déc. 2022






Comment faire pour avoir un mental de sportif de haut niveau?


Peut-être que vous aimeriez travailler ce mental pour améliorer vos performance sportive. Je vais vous présenter les 12 habiletés mentales d’un sportif qui a un mental d’acier.

Sachez que les différentes capacités mentales que je vais vous decrire ne sont pas figées, on peut les améliorer par l’entraînement mental. En réalisant certains exercices, un peu de la même manière que pour l’entraînement physique.

On peut parler de capacité ou d’habileté mentale, cela revient au même.

Les 12 habiletés mentales sont réparties en 3 catégories :

Les habiletés de base : La fixation d’objectifs, l’engagement et la confiance en soi

Les habiletés psychosomatiques : La réaction au stress, Le contrôle de la peur, la relaxation et l’activation

Les habiletés cognitives : La concentration, la reconcentration, l’imagerie, la pratique mentale et la préparation à la compétition


Les habiletés de base

Ces 3 habiletés sont sûrement les 3 plus importantes. Beaucoup de monde néglige la fixation d’objectif car ils ne savent pas a quel point on peut aller en profondeur sur la fixation d’objectifs.

On peut parler d’objectif de résultat, de moyen, de performance, de long, moyen et court terme, de moyens et d’obstacles… Qui utilise tout cela lorsqu’il fixe ses objectifs ? Seuls ceux qui effectuent un vrai travail en préparation mentale.


Fixation d’objectifs

Ce qui est mesuré ici est la qualité à se fixer des objectifs. Certains sportifs sont vraiment proactifs à ce niveau et se fixent sans cesse des objectifs. Ils ne font jamais une séance d’entrainement sans savoir pourquoi précisément. D’autres évoluent plus au feeling.

Se fixer des objectifs est une bonne chose, encore faut-il que ces objectifs soient réalistes et contrôlables.

Un objectif qui n’est pas contrôlable ne sert pas à grand-chose, et s’il n’est pas réaliste il ne sera pas challengeant ou sera vite abandonné. Pour finir le sportif doit se fixer différents types d’objectifs (processus, performance et résultat), mais majoritairement des objectifs de processus.


Engagement

L’engagement évalue d’une certaine manière votre motivation et votre discipline par rapport à votre projet sportif. Êtes-vous le sportif engagé qui est présent à chaque entraînement et qui s’entraine en plus de son côté ? Ou bien êtes-vous au contraire celui qui se fout totalement de son alimentation et qui manque un entraînement sur 2 ? Pour améliorer votre engagement vous pouvez par exemple utiliser les autres pour vous discipliner.

Mais la discipline n’est pas le meilleur moteur. La motivation intrinsèque est bien plus puissante. Si vus prenez du plaisir simplement en exerçant votre sport vous irez probablement bien plus loin. Dans ces conditions vous n’aurez plus à vous forcer pour vous rendre à l’entraînement, et vous vous y rendrez avec le sourire.


Confiance en soi

Avez-vous déjà vu un sportif avec peu de confiance en lui ? Ou plutôt peu de confiance en ses capacités sportives ? Un sportif qui n’osait prendre aucun risque. Qui ne parvenait pas à s’exprimer, à jouer son jeu ? C’est triste à voir, surtout dans les cas les plus forts, même en tant que simple spectateur on peut percevoir la détresse du joueur. A l’inverse le sportif qui a confiance en lui en ses capacités donnera tout sur le terrain. Il va oser, tenter et exprimera beaucoup plus facilement tout son potentiel.


Les habiletés Psycho-somatiques


La réaction au stress

Vous vous en doutez la manière dont le sportif a de réagir et de gérer son stress conditionne beaucoup de choses. Honnêtement, quand vous êtes un sportif de haut-niveau dans un stade lors d’une finale avec des milliers de spectateurs, il est difficile de ne pas stresser non ? Ce qui est important c’est de développer des techniques pour nous permettre de parvenir à gérer ce stress.Il existe également des manières de faire en sorte que moins de stress ne survienne (notamment une fixation d’objectif appropriée ainsi que la pratique de la cohérence cardiaque).

Le contrôle de la peur

Le stress et la peur sont très liés, la peur génère du stress. Dans le monde du sport il peut exister plusieurs peurs, la peur du regard des autres principalement. C’est la peur de se faire juger négativement par les spectateurs, le groupe sportif, l’entraîneur… Dans ce cas de figure le sportif accorde de l’importance au jugement des autres et peu avoir peu de confiance en lui. Il existe d’autres peurs comme la peur de se blesser (qui survient généralement après une ou plusieurs blessures à un même endroit).

Relaxation

Oui la capacité de relaxation s’entraîne. Plus vous prenez l’habitude de vous relaxer plus vous parviendrez ensuite à vous relaxer rapidement. Nous savons que l’état physiologique dans lequel se trouve notre corps a un impact sur notre cerveau. Et de la même manière notre cerveau impacte notre corps, les deux sont indissociables. La relaxation se produit notamment grâce à la respiration ventrale, avec le diaphragme (et non pas avec les poumons). Toutefois vous pouvez aussi le faire plus artisanalement en mesurant votre rythme cardiaque au repos. Ensuite faites un effort (ex : sprint sur 100m), et essayez de regagner le plus vite possible une pulsation proche de votre pulsation au repos.

Activation

De la même manière que la relaxation il peut être intéressant pour le sportif de savoir s’activer physiologiquement. Imaginez que vous vous rendez à un match ou à un entraînement en sortant de votre sieste (oui, c’est du vécu). Dans ce cas de figure, savoir s’activer vous permettra de vous mettre dans un état mental et physiologique plus approprié. Cet état dépend des sports, pour un combat de boxe il vaut mieux être fortement activé, alors que pour du tir à l’arc très peu.

Les habiletés cognitives


Concentration

En sport la capacité mentale de concentration est vraiment primordiale. C’est elle qui permet au sportif de déployer tout son potentiel. Un sportif qui n’est pas concentré à 100% n’est simplement pas à son potentiel maximum.

Heureusement cette capacité de concentration s'entraine avec la méditation ou l'autohypnose.

Reconcentration Par exemple dans un tournoi de tennis, Il est impossible pour un joueur de garder sa capacité de concentration au maximum durant une si longue période. C’est pourquoi un joueur de tennis doit apprendre à relâcher sa concentration entre les balles et pendant chaque temps de pause.

Pour cela il est possible d’utiliser des techniques comme par exemple de fredonner sa chanson préférée ou simplement de prendre le temps de bien respirer (sans pour autant trop de se concentrer dessus). Le sportif doit apprendre à se concentrer, relâcher sa concentration et ensuite se reconcentrer très rapidement.

Imagerie

Faut-il encore présenter

L’imagerie mentale? je pense que tous les sportifs devraient développer leur habileté d’imagerie mentale.

Plus vos imageries seront contrôlables et vives, plus elles seront efficaces. L’imagerie mentale est une méthode qui peut servir dans de très nombreuses situations (réathlétisation du sportif blessé, amélioration de la confiance en soi, baisse de l’anxiété, apprentissage ou perfectionnement d’un geste…). En plus de cela elle est rapide à apprendre et ne nécessite aucun matériel.


Pratique mentale

La pratique mentale est très semblable à l’imagerie mentale, en fait c’est une manière d’utiliser l’imagerie mentale. C’est le fait de se répéter un geste ou un mouvement avant de l’effectuer.

Par exemple il est très courant en ski ou encore en escalade que ces derniers pratiquent le parcours qu’ils vont devoir faire dans quelques minutes en imagerie mentale.


Préparation mentale

Si vous souhaitez en savoir plus, je suis préparateur mental, coach et hypnothérapeute, je peux vous accompagner pour aller au bout de vos rêves sportifs.


Un appel téléphonique au 06 24 60 90 12

à tres vite




19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page